Menace sur Gaïa

Menace sur Gaïa est mon premier roman. Il s’agit d’une aventure écologique et fantastique, qui défend la tolérance et la démocratie. Les héros principaux sont Juliette, une jeune journaliste, et son petit cousin Evan, âgé de seize ans. Ils vont affronter moult péripéties, une enquête sur le nucléaire, une épidémie, et d’autres choses encore, au milieu d’un combat plus vaste contre le réchauffement climatique.

Menace sur Gaïa est en recherche d’éditeur, et un appel à soutien a été lancé. Chaque soutien d’1€ sera reversé aux Restos du Cœur. Ça se passe en cliquant ici.

Le petit mot de Damien Porte Plume, président du Cercle des Écritures de Nantes:

« Menace sur Gaia », c’est un roman « young adult » et une fable écologique qui abordent des thèmes aussi variés que le réchauffement climatique, les débats autour du nucléaire et le risque d’une pandémie (un texte étrangement précurseur…). L’héroïne, une jeune femme en symbiose avec la Nature, devra faire face à de nombreux dangers avant de découvrir la prophétie qui la concerne. Écrite dans un esprit « manga », où l’imaginaire et l’esprit d’aventure importent plus que la vraisemblance scientifique, cette histoire ravira tous les lecteurs de Christelle Dabos (La passe-muraille) et de Nathalie Le Gendre (Dans les larmes de Gaïa).

Le manuscrit de « Menaces sur Gaia » a été relu par le Cercle des écritures de Nantes. »

Gaïa, la Terre vivante

Extraits de Menace sur Gaïa:

« L’acceptation du génocide et le rejet du meurtre sont si normaux parmi nous que nous serions en droit de nous demander si ce comportement paradoxal n’est pas, à l’instar de l’altruisme, une caractéristique évoluée favorisant la survie de notre espèce. »

James Lovelock, L’hypothèse Gaia

Chapitre 11: Confrontation

Congrès des mondes associés

Cette fois, l’assemblée est au complet. Un ange du parti sombre est invité à la chaire centrale, aux côtés de Nathanaël et Gabriel. L’ambiance respire la curiosité et on sent de la nervosité dans les échanges feutrés entre les représentants des anges.

— Gabriel Hénos, vous avez la parole

— Merci. Nous avons aujourd’hui comme invité Seth, représentant des anges démoniaques. Je lui ai communiqué nos inquiétudes.

Seth salue l’assemblée. Nathanaël toussote et commence à l’interroger.

— Seth, quand vous étiez majoritaires au congrès avez-vous laissé passer un mouvement génocidaire ?

— Pas à ma connaissance.

— Nous le diriez-vous si c’était le cas ? Comprenez que nous soyons méfiants, vous nous en avez fait voir de toutes les couleurs quand vous étiez au pouvoir.

— Nous n’avons rien à cacher.

— Si c’était le cas, nous le diriez-vous ?

— Non.

Nathanaël souffle et baisse les bras. Ce parti sombre est incorrigible. On ne peut pas se permettre de baisser la garde une minute. Il insiste.

— Vous devez comprendre que cette fois ce ne sont pas seulement les humains qui sont en danger, mais le biote et Gaïa dans son ensemble. Si vous avez pris des mesures non autorisées, il faut nous le dire.

— Nous n’avons pris aucune mesure de ce genre. Mais il se peut, disons…

— Oui ?

Seth toussote et lève les yeux.

— Eh bien il se peut que nous ayons été témoins d’une intervention extérieure qui nous ait paru aller dans le bon sens.

— Vous auriez fait alliance avec les Nibuliens?

— Eh bien, sans aller jusque-là…

— Oui ?

L’assemblée retient son souffle.

— Il se peut que nous ayons couvert un accident.

— Un accident ?

— Un vaisseau de chez nous infecté par les Nibuliens. Qui ne nous ait paru dangereux que pour les humains.

— Comment faut-il vous le dire ? Même s’ils se comportent comme s’ils n’en savaient rien, les humains font partie de Gaïa. On ne peut les attaquer sans s’en prendre aussi à elle.

— Nous nous entendrons pour être en désaccord sur ce point.

— Toujours est-il que c’était stupide et dangereux. L’équilibre de Gaïa est menacé par votre faute. De quel type est cette contamination ?

— Je ne suis pas sûr. Elle nous a paru de faible envergure, tout juste de quoi nuire aux humains. Son aura était faible.

— Quel type de dommages ferait-elle aux humains ?

— Comme une attaque nibulienne classique. Dédifférenciation, sélection des espèces et émergence de races pures, rupture des liens et de l’empathie qui conduit à des meurtres de masse.

Seth hausse les sourcils :

— Des suicides ?

— Ce serait une nouveauté, mais ce n’est pas impossible. L’intolérance à la différence et le manque d’empathie peuvent effectivement amener à des suicides chez les êtres humains.

— Et cela ne vous a pas posé de problème ?

— Non. Gaïa est et sera en danger tant que les êtres humains seront aussi nombreux et se comporteront de cette façon. Encore une fois, l’aura de cette intervention était faible, nous avons simplement fermé les yeux.

Nathanaël réfléchit. Tout ceci n’explique pas la situation dans laquelle se trouve la Terre aujourd’hui. Ce n’est pas satisfaisant et il va falloir pousser les investigations plus que cela.

— Cela ne vous excuse en rien, mais il serait bon de savoir comment une faible contamination nous a menés à un danger de ce type.
— Quel type de danger ?

— Une invasion nibulienne majeure.

— D’où vous vient cette information ?

— D’une prédiction d’un diseur d’avenir.

— Encore la parole d’un humain. Quand comprendrez-vous qu’ils ne sont pas dignes de foi ?

Dans un sourire, Seth reprend :

— Accordons nous pour être en désaccord sur ce point.

Nathanael fronce les sourcils :

— Où a atterri ce vaisseau ?

— En France. Dans les alentours d’une ville appelée Angers.

— Gabriel, vous vous êtes rendu dans cette ville, n’est-ce pas ?

— Effectivement, cela expliquerait l’accueil que j’ai reçu. Ces gens manquent cruellement d’humilité et d’empathie.

Seth soupire.

— Comme tous les humains.

Gabriel le coupe et poursuit :

— Comme beaucoup d’êtres humains, c’est vrai. Mais pas tous.

— Encore un désaccord. Gabriel, il me semble que tu ne les as pas toujours défendus ainsi. Tu n’es qu’un traître.

Gabriel s’insurge et s’attaque à Seth :

— Je ne te permets pas ! Il a empoigné l’ange sombre.

— Messieurs ! intervient Nathanaël. L’assemblée s’est tue et retient son souffle. Les anges des premiers rangs se sont levés et sont prêts à entrer dans l’arène. Puis les deux anges semblent reprendre leurs esprits et s’écartent l’un de l’autre, sans se quitter des yeux.